Des aléas du syndicalisme ouvrier : le cas des ouvriers agricoles du Finistère après la guerre

Lors de la rédaction de ma thèse, j’avais écrit un article sur les enjeux hégémoniques autour de la question de la syndicalisation des ouvriers agricoles finistériens pendant le Front populaire1. Malgré les nombreuses tentatives de la CGT pour s’implanter dans ce milieu jusque là hermétique, l’offensive avait échoué alors que les années 1936 et 1937 étaient favorables. Seules deux créations de syndicats CGT apparaissent dans les sources. Quelques réunions, lors des foires aux gages, attirent peu de monde. Les efforts ne paient pas : les deux sections ne paraissent avoir réellement existé en dehors de leur création. Cette tentative d’implantation dans le groupe ouvrier de loin le plus nombreux dans le département se résume à un échec total.

La CFTC n’a pas plus réussi à construire un syndicalisme ouvrier dans le monde paysan. Quant à l’Office central de Landerneau, ses dirigeants s’emploient à créer des sections ouvrières dans leurs syndicats locaux pour faire barrage à la CGT et dans une moindre mesure à la CFTC. Là également, les résultats ne sont pas bons, mais le but n’est pas de familiariser les ouvriers avec une pratique sociale collective. Seuls 2 400 salariés adhèrent aux 104 sections revendiquées, laissant transparaître une pratique collective de l’abstention, de l’apathie dirait G. Bajoit2. Le chiffre peut paraître important, surtout comparé à l’échec total des syndicats non corporatistes. Pourtant, alors que le recensement de 1936 comptabilise 63 868 ouvriers et employés de l’agriculture, le taux de syndicalisation n’atteint que 3,32 % de la population ouvrière concernée. Les effectifs ont certes été multipliés par quatre en six mois et dépassent le taux national de syndicalisation de la CGT qui atteint 2,55 % dans ce secteur. Cependant l’Office central occupe une position de quasi-monopole dans le monde rural, à l’exception du Trégor au nord-est du département, là où Tanguy Prigent a réussi à construire la Confédération nationale paysanne avant de devenir le plus jeune député de France et de délaisser de fait l’action syndicale. La guerre survient alors.

À la Libération, les cartes sont rebattues. Les agrariens sont défaits et de Guébriant est arrêté et condamné à une interdiction de séjour dans le Finistère et d’administrer des organisations agricoles pour 5 ans. Sa peine est levée au bout de 3 années3. Une vague de syndicalisation porte haut le nombre des adhérents de la CGT. Cette fois-ci, les ouvriers des champs adhèrent en masse au syndicat. Dans son ouvrage sur l’histoire de la CGT dans le Finistère, Fanch Tanguy, ancien secrétaire départemental, évoque la syndicalisation de 5 000 ouvriers agricoles sur les 20 000  salariés que compte la profession dans le département4. Nous avons voulu tenter de comprendre comment un tel retournement a pu être possible, comment les agrariens ont pu laisser battre en brèche leur hégémonie dans les campagnes et voir également enfin si la CFTC a pu également construire un appareil syndical chez ces ouvriers longtemps invisibles. Ces questionnements sont l’objet d’un travail en cours. La construction d’une carte de l’implantation géographique du syndicat ne manque pas d’interpeller.

Le Finistère se caractérise par des différences de comportements politiques, sociaux, religieux géographiquement très repérables parce que très tranchés. L’implantation des syndicats CGT des ouvriers agricoles l’illustre parfaitement. Dans la série W des Archives départementales du Finistère, un rapport des renseignements généraux daté du 7 mars 1947 dresse en effet une liste de 66 syndicats d’ouvriers agricoles avec le nom de la commune, celui du responsable du syndicat ainsi que le nombre d’adhérents. La source donne pour un grand nombre de syndicats — 52 sur 66 — un chiffre des adhésions arrondi à la dizaine, ce qui n’est statistiquement pas possible. Il faut donc bien avoir en tête qu’il s’agit ici d’ordres de grandeur. Le total des adhésions atteint le chiffre de 5 213 cartes, soit un chiffre supérieur à celui de Fanch Tanguy. La localisation des syndicats en elle-même illustre parfaitement la prégnance des oppositions de comportements et marque une césure nette entre nord et sud du Finistère.

Cette carte mérite quelques commentaires rapides : la concentration dans la moitié sud du département démontre combien les fractures persistent après la guerre. Le Léon, à l’exception de sa frange orientale résiste à la poussée cégétiste, restant ainsi fidèle à son image de « terre des prêtres ».   Le résultat est le même dans le Trégor, terre socialiste empreinte du travail de terrain de Tanguy Prigent, devenu depuis septembre 1944 ministre de l’Agriculture. En fait,  deux éléments peuvent l’expliquer : le Trégor paysan, plutôt socialiste, s’est longtemps préoccupé de la petite propriété qui emploie peu ou pas d’ouvriers, ce que confirme la carte de la répartition communale des ouvriers agricoles basée sur l’enquête agricole de 19295.

Le Pays Bigouden, comme le Léon, échappe complétement à la CGT. Ancienne terre radicale autour de la dynastie des Le Bail, cette pointe sud du Finistère marque sa différence. Il faudra regarder de près, notamment au travers des choix partisans, si cette réticence au syndicaliste ouvrier rural peut ainsi s’expliquer en partie.

Malgré son absence dans une part significative du département, la CGT est donc parvenue à faire adhérer un ouvrier agricole sur quatre en 1947, en ne partant de rien. Trois ans plus tard, le syndicat est à la peine. Lors de la foire Saint-Nicolas de Rosporden au début du mois de décembre 1950, le syndicat tente d’organiser une réunion. À l’ordre du jour, des questions intéressant directement les ouvriers agricoles : la question des salaires et « l’infériorité des travailleurs agricoles en matière de lois sociales ». La réunion, ainsi que la présence du secrétaire de l’Union départementale a été annoncée dans la presse à plusieurs reprises et notamment dans le quotidien communiste Ouest-Matin. En vain. Cette initiative est annulée, faute de participants6. La même année, lors d’une réunion des responsables CGT du département, le secrétaire adjoint du syndicat départemental des ouvriers agricoles demande à l’UD de s’impliquer plus dans la vie de son syndicat, explique-t-il, atteint « à peine » 300 adhérents. Cette chute est concomitante avec le départ du secrétaire et permanent du syndicat qui l’a quitté pour rejoindre l’équipe du quotidien régional communiste, Ouest-Matin, à Rennes7.

Quand le syndicat convoque son congrès le 6 avril 1952 à Rosporden, celui s’ouvre à 10 heures et se clôt au bout d’une heure et demie. Une vingtaine de personnes se sont déplacées, malgré la présence de Michel Rius, membre de la direction nationale de la fédération. Le constat d’un échec persistant s’impose, ce que ne manquent pas de souligner les renseignements généraux : « le climat de ce congrès illustre bien l’inanité des efforts déployés par les dirigeants du P.C.F. et de la C.G.T. pour ramener sous leurs drapeaux les ouvriers agricoles »8.

Cet effondrement littéral mérite d’être interrogé et trouve certainement son origine dans une accumulation de facteurs défavorables. Certains s’imposent immédiatement. La CGT dans son ensemble souffre de la période, à l’exemple local du syndicat de l’arsenal qui passe de 4000 adhérents en 1947 à 400 en 19509. Cette tendance se vérifie également au niveau national10.

La CFTC, qui était tenue à l’écart des ouvriers agricoles par la volonté hégémonique inébranlable des agrariens de l’Office central avant la guerre, commence à construire un appareil syndical à partir de rien dans le sud du département en 194711. Les résultats finissent par payer, grâce à l’implication de militants formés par l’Action catholique et aussi avec le soutien résolu de l’appareil clérical, comme à Plonévez-Porzay, où un ouvrier, ancien élève du séminaire de Pont-Croix se prépare à organiser une section cantonale de la CFTC. Il est « conseillé par le clergé de la paroisse, lequel est désireux de se rapprocher des milieux ouvriers agricoles, plutôt que des propriétaires exploitants, suivant ainsi les directives de l’évêché12.

D’autres paramètres méritent d’être examinés. Le travail continue.

  1. Cet article est maintenant consultable en ligne : https://journals.openedition.org/abpo/2499. []
  2. Guy BAJOIT, « Exit, voice, loyalty… and apathy. Les réactions individuelles au mécontentement », Revue française de sociologie, Vol. 29, no 2, 1988, p. 325–345. []
  3. Christian BOUGEARD, Tanguy Prigent, paysan ministre, Rennes , Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 156. []
  4. Fanch TANGUY, La C.G.T. dans le Finistère, La bataille commence, t.1, Union départementale CGT du Finistère, 1986, p. 81. []
  5. Les données brutes ne sont bien sûr plus d’actualité, mais donnent une image toujours pertinente des secteurs consommateurs  de main d’œuvre. Archives. dép. du Finistère, 7M248, main-d’œuvre agricole, rapport d’enquête du 30 janvier 1930. []
  6. Arch. dép. du Finistère, 31W438, Note des RG de Quimper, 7 décembre 1950. []
  7. Arch. dép. du Finistère, 31W438, note des RG de Quimper, 10 octobre 1950. []
  8. Arch. dép. du Finistère, 1347W31, note des RG Quimper, 8 avril 1952. []
  9. Arch. dép. du Finistère, 31W438, note des RG de Brest, 7 novembre 1950. []
  10. Selon Dominique Andolfatto, « Après 1947, la CGT perd brutalement entre un quart à un tiers de ses effectifs ». Dominique ANDOLFATTO, La CGT : audience et organisation dans les années 1950 In : La CGT dans les années 1950 [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2005 (généré le 04 novembre 2018). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pur/18918>. ISBN : 9782753524057. DOI : 10.4000/books.pur.18918. []
  11. En Ille-et-Vilaine, les ouvriers agricoles représentent 30 % de l’effectif de l’UL en 1954, grâce au travail des militants de l’Action catholique spécialisée.  Jacqueline SAINCLIVIER, L’Ille-et-Vilaine, 1918-1958 : Vie politique et sociale. Nouvelle édition [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 1996, p. []
  12. (Arch. dép. du Finistère, 1347W31, note des RG de  Quimper, 6 septembre 1952. []

Sénéchal Jean-Paul

Docteur en histoire contemporaine.

More Posts

Follow Me:
Twitter


Sénéchal Jean-Paul

Docteur en histoire contemporaine.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.